x

LES FRUITS ET LEGUMES PRÊTS A L'EMPLOI



L'offre des fruits et légumes crus prêts à l'emploi s'élargit de plus en plus. La salade en sachet, pionnière en la matière depuis les années 90, est maintenant détrônée par d'autres légumes et également les fruits. Pourquoi cet engouement pour cette gamme ? Quels en sont les avantages et inconvénients ? Sont-ils vraiment bons pour la santé ?





A notre époque, de nombreuses femmes ont des journées bien remplies : vie professionnelle, travaux ménagers, activités sportives..., tout en voulant privilégier du temps pour la vie familiale. Les hommes ne sont pas en reste, compte-tenu des familles monoparentales, et ils doivent également tout concilier. Alors quand vient l'heure du repas, le temps de préparation qui lui est consacré, diminue peu à peu. Les industries de l'agro-alimentaires l'ont bien compris et nous proposent peu à peu des fruits et légumes de la 4ème gamme, c'est à dire crus et prêts à l'emploi : lavés, parés, découpés en plus ou moins gros morceaux ou râpés.

Lorsque l'on pose la question aux consommateurs, les prétextes à cet achat sont : manque de temps, paresse, fatigue, difficile à préparer, pas l'habitude de les préparer, pratique, facile à employer, originalité pour les baby-légumes...

Les restaurateurs et les collectivités se sont également tourné vers cette gamme pour leur praticité, leur fraîcheur et leur qualité, mais aussi pour employer moins de personnel destiné à la préparation et pour avoir un taillage plus uniforme.





Quels produits peut on trouver dans cette 4ème gamme ?

Les plus courants sont : la salade bien sûr, en feuilles ou en cœur, la carotte émincée, râpée, en cubes, en rondelles, le chou émincé, le kiwi, les brochettes de fruits à base de raisin, orange, pomme, les herbes aromatiques, l'ananas en rondelles et les baby légumes. L'offre s'élargit progressivement dans les hyper-marchés par la proposition de "bar à légumes et fruits" crus et prêts à l'emploi. Il n'y a que l'embarras du choix.


Le prix ?

Si leur usage est un gros avantage en gain de temps bien appréciable, il n'en est pas de même pour le prix, souvent 30 à 50% plus cher que les fruits et légumes bruts. Exemple de la salade en sachet à 7.90 euros au kg contre 2.50 euros au kg pour de la salade entière. Ce qui justifie le prix ? Le marketing (publicité, sachet...), et les nombreuses opérations de préparation : parage des feuilles et du trognon, coupe, calibrage, prélavage, lavage au chlore, rinçage, mise en sachet...


Et le coût pour l'environnement ? 

30% des produits sont écartés ou déclassés au cours de des étapes = gaspillage alimentaire (Source : Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), 20 litres d'eau par kilo de salade sont nécessaires à son nettoyage avec du chlore actif (interdit aux Pays-Bas, Belgique, Angleterre), qui rejeté dans les eaux usées, pollue.


Qu'en est-il du goût ? 

La plupart des utilisateurs de cette gamme sont satisfaits de leur fraîcheur, de leur croquant et de leur bon goût. Ceci n'est pas toujours valable pour les salades dont le résidu de chlore peut modifier le goût.


Qu'en est-il de leurs apports nutritionnels ?

Il existe bien des différences entre les produits bruts de la 1ère gamme et ceux de la 4ème gamme. 

Exemples :

  • Pour la carotte : le bêta-carotène est bien conservé mais pas la vitamine C
  • Pour les pommes de terre : souvent en contact avec leur emballage plastique et utilisation d'un conservateur pour leur assurer une bonne couleur
  • Les salades sont lavées au chlore dont le goût peut être retrouvé lors de la consommation, et une préférence pour les feuilles les plus blanches possibles mais beaucoup moins riches en vitamines B9 (acide folique) que les vertes
  • Amoindrissement en vitamine C sensible à l'air et à la lumière : préférer les produits découpés sur place juste avant la consommation pour limiter les pertes
  • Des résidus chlorés (chlorates) peuvent, en cas de consommation chronique, inhiber l'absorption de l'iode par l'organisme (l'iode est nécessaire au bon fonctionnement de la glande thyroïde).


Alors consommer ou non des produits prêts à l'emploi ?

Pourquoi pas si votre porte-monnaie le permet. Les choisir pour certains, préparés juste avant leur vente et si possible sur place. Mieux vaut consommer cette gamme (avec modération) que ne pas consommer du tout de fruits et légumes (5 portions de 80 à 100 g par jour) 

Pour un apport en vitamines maximal, mieux vaut utiliser la 3ème gamme pour les fruits : les surgelés. Et rien ne vaut la fraîcheur, le goût et l'apport en vitamines et minéraux que les fruits et légumes bruts ou de 1ère gamme, à condition de les consommer et de les conserver correctement et rapidement depuis la cueillette.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Recevez mes nouveaux articles par mail :