x

LA FIGUE



Fruit du pourtour méditerranéen, la figue, gorgée de soleil est la petite douceur de fin d'été. Fraîche ou séchée, elle se sert en dessert ou en accompagnement de plats principaux.




Il existe un peu plus de 700 variétés de figuiers dans le monde, et Louis XIV, qui en raffolait, en avait réuni une collection impressionnante dans les jardins de Versailles. De différentes tailles et de formes (rondes, en poire...), la figue se décline aussi en couleurs : du blanc au noir en passant par le violet, le gris... Il ne faut pas la confondre avec la figue de Barbarie, hérissée de piquants et issue du figuier de Barbarie ou nopal.

Comment la choisir ?

Directement sur l'arbre, c'est le luxe absolu, elle est extra-fraîche et se récolte dès l'apparition de petites craquelures sur la peau ou d'une petite goutte de jus sirupeux à son extrémité inférieure ou dès qu'elle atteint sa couleur de maturation. Elle exhale alors un parfum bien caractéristique.
A l'achat, elle ne doit pas être trop ferme mais charnue, non flétrie et mûre à point. Sa mauvaise conservation et sa fragilité après cueillette font grimper les prix.
Sèche, il est préférable de la choisir bio et en vrac, plutôt qu'en sachet ou sous-vide. Attention à la choisir au naturel et non roulée dans de la farine de blé (attention gluten) mais plutôt de riz (évite l'agglomération) et non roulée dans de la poudre de glucose (calories en sus et index glycémique haut).

Comment la conserver ?

La figue est un petit fruit fragile qui ne se garde que 2 à 3 jours à température ambiante et selon sa maturité lors de la cueillette. Elle se conserve un peu plus longtemps en cas de passage au réfrigérateur. Dans ce cas, il est nécessaire de bien l'isoler des autres aliments (récipient hermétique) car elle a tendance à absorber les odeurs d'autres aliments.

Ses atouts nutritionnels

La figue est avant tout un fruit riche en glucides ou sucre naturel à index glycémique bas : environ 15 % de glucides (10 pour l'orange, 12 pour la pomme) voire plus selon la variété et le degré de maturité. C'est pourquoi une portion de fruits = 2 belles figues. 
Un de ses atouts majeurs est sa richesse en fibres : 2,63% ce qui est utile pour un bon transit intestinal, pour une satiété plus durable, pour lutter contre certains cancers digestifs. Pour certaines personnes, elle a un effet assez laxatif. La présence des nombreux petits grains ou akènes est à déconseiller aux personnes souffrant de diverticulite fréquente.

Sa richesse en minéraux (calcium, magnésium, potassium notamment) permet de rétablir notre équilibre acido-basique, en l'alcalinisant.


Comment la consommer ?

La figue peut se consommer crue, cuite ou séchée.
Il faut éviter de la laver pour ne pas l'abîmer, préférer l'essuyer avec un linge propre. Ensuite, manger  avec ou pas la peau, c'est selon le choix gourmand de chacun.

  • crue à manger telle quelle en ôtant la partie supérieure qui forme une petite tige, ou sur des toasts au fromage de brebis ou de chèvre, ou sur un yaourt ou un fromage blanc... Et pourquoi ne pas tenter le cuir de figues ou le kéfir de fruits ?
  • cuite : rôtie au four avec un trait de miel et un rameau de romarin, en confiture, en clafoutis, en tarte, en chutney, en accompagnement avec une viande, dans une salade de roquette et jambon cru...
  • séchée : c'est le fruit des encas et des sportifs, elle est disponible toute l'année et s'emporte facilement partout. Pour la faire sécher, rien de plus facile.

Le saviez-vous ?

Le figuier (ficus carica) que nous connaissons dans nos contrées est une des mille espèces de ficus qui ont colonisé la plupart des pays. Comme il s'adapte à des sols arides et rocailleux et à un climat sec et chaud, c'est l'arbre nourricier par la production de nombreux fruits. Ce que nous cueillons est en fait une fleur et lorsque nous l'ouvrons, nous découvrons les akènes ou petits grains à l'intérieur qui sont les véritables fruits. Le lait ou latex du figuier, très acide, permettait aux bergers de faire cailler le lait.

Le figuier est un arbre qui se soucie de nourrir les démunis, mais il ne supporte pas la civilisation. Ses racines très puissantes peuvent soulever les fondations ou fissurer les murs d'une habitation. Il est préférable de le planter dans un endroit isolé du jardin.

Pour leur pollinisation, les fleurs femelles du figuier (celles que nous consommons) nécessitent l'aide d'une minuscule guêpe, appelée blastophage. Il existe entre eux une relation de mutualisme : chacun a besoin de l'autre, le figuier pour la pollinisation et la guêpe pour pouvoir se reproduire uniquement pendant la fructification. L'insecte pénètre la figue au printemps, y pond des œufs qui s'y développent et meurt car ne peut ressortir. Après éclosion, les mâles fécondent les femelles et les aident à sortir avant de rester prisonniers et de mourir. Les femelles iront vers d'autres figues pour y déposer du pollen et y pondre à leur tour. Ainsi, malgré leur beauté et leur goût inimitable, les figues femelles sont également les tombeaux des blastophages. Que cela ne vous empêche pas de déguster des figues.


Figues blanches

Figues violettes et figues grises



Récolte de figues grises







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Recevez mes nouveaux articles par mail :